Publié par Laisser un commentaire

Café : rencontre avec Eduardo, torréfacteur de café au Brésil

Les méthodes et usages liés à la production de café sont controversés

L’équipe Recaps est partie à la rencontre d’un producteur et torréfacteur pour comprendre les problématiques du monde du café …

Pouvez-vous nous présenter vos exploitations ?
Je suis issu d’une famille qui produit et torréfie du café depuis plus de 4 générations dans la région du Bahia qui est une zone célèbre pour avoir les meilleurs arabica du Brésil. C’est une exploitation située au plein cœur de la forêt pour garantir arômes et saveurs .

Quelles sorte de café produisez-vous ?
Nous produisons plusieurs variétés de café mais nous faisons essentiellement de l’arabica et du robusta, comme la plupart des producteurs au Brésil.


– Eduardo Souza –

« Notre production de café réduit au minimum les impacts environnementaux »

Eduardo à fait le choix, comme l’ensemble des producteur du village, de faire une production de café dans le respect de l’agroforesterie. Cette méthode consiste à planter des arbres fruitiers tout autour des cultures de café afin que les arbres puissent stocker le carbone. Les arbres fruitiers font de l’ombre aux plantes mais gardent aussi les sols humides, condition nécéssaire au développement des plants de café et à la qualité des arômes.

Quelle est la plus grande difficulté pour les producteurs de café ?

La plus grande difficulté pour les producteurs de café au Brésil est la pollution des sols mais aussi des rivières. Pour Eduardo, il est donc nécessaire de défendre des modes de consommation le moins polluant possible en favorisant le développement d’actions visant à préserver l’environnement.

« Néanmoins, il est encore possible de produire un des meilleurs café du monde au Brésil »

Pour Eduardo comme pour l’ensemble des producteurs et torréfacteurs de la vallée, il n’y a aucun doute sur la qualité de leur café. En défendant une agriculture raisonnée et avec une gestion des cultures et de la biodiversité aux alentours, il n’y a aucun doute sur le fait que ces personnes produisent un café atypique et authentique.

La consommation de café en capsules non rechargeables et non réutilisables est en totale opposition à le démarche de producteurs et de torréfacteurs comme Eduardo mais est aussi à l’encontre de la démarche et de la philosophie de Recaps.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

18 + quatre =